L'association
La dépendance
Les formes de la dépendance
Définition de la dépendance
Les points communs des dépendances
L'évolution de la maladie
Les conséquences
Lexique
Les traitements Los tratamientos Treatments
Thérapie
en ligne
Questions/réponses
Les entreprises
Home
Retour

L'hyperphagie boulimique - Témoignage

J'ai toujours été plus grosse que les autres. Depuis mon enfance on se moque de moi à cause de ma surcharge pondérale. Pourtant, quand aujourd'hui je regarde les photos de cette époque, je ne me trouve pas si grosse que ça. Mon père étant prof de sport, ma jeunesse est jonchée de « sorties sport » où je n'arrivais jamais à suivre le rythme et où mon père me faisait d'inlassables critiques me comparant à ma sœur qui, elle, ne souffrait d'aucun problème de poids. Du coup, j'ai fait tous les régimes possibles et imaginables. A 24 ans, j'ai décidé de me séparer de mes parents et de prendre un appartement. C'est également à ce moment là que j'ai été nommée cheffe d'équipe. Je me sentais de plus en plus stressée, je n'avais plus le temps de rien, même pas de me faire à manger. De toute manière, quand je rentrais chez moi, la seule chose qui m'intéressait était d'être tranquille... ou plutôt de ne penser à rien... de m'allonger, et de manger n'importe quoi. Finalement au lieu de faire un bon repas bien équilibré, je grignotais, mangeais ce qui était déjà prêt ou qui ne demandait pas trop de préparation et je me bourrais... comme si ça m'aidait à supporter ma journée, comme si enfin, je faisais quelque chose pour moi. Tout le stress, l'angoisse, le malaise ressenti pendant la journée était enfoui sous la nourriture et je ne pensais plus à rien. Le pire, c'est que j'avais l'impression de me faire du bien, de me donner une récompense comme quand ma grand-mère me consolait en me beurrant des tartines avec de la confiture... Finalement, en trois ans j'ai pris 30 kilos sans même m'en rendre compte !

Je pensais qu'en étant suivie par une diététicienne je perdrais facilement du poids. Mais après quelques rdv et aucune perte de poids, j'ai réalisé que je savais exactement quoi faire pour perdre du poids. Je n'arrivais simplement pas à appliquer les conseils diététiques. C'est elle qui m'a conseillé de suivre un groupe de traitement pour les troubles du comportement alimentaire. Entendre d'autres personnes qui souffraient comme moi, entendre mes maux dans la bouche d'autrui m'a fait prendre conscience de mon problème. Des psychothérapeutes m'ont appris à mettre en place une structure alimentaire adéquate, à repérer les situations à risque pour moi et surtout à trouver des stratégies pour y faire face. J'ai encore du travail à faire, mais aujourd'hui j'ai compris que je serai toujours fragile par rapport à l'alimentation, et que m'anesthésier en me gavant ne me fait pas du bien...